Saisir vos identifiants

Ecrire à JP


Saisir votre séance

* Ecrivez au Webmaster pour la création d'un cinéma
Ex Machina

avatar16

Vendredi 13/05/2016
Un thriller psychologique classe et intelligent

Il a commencé sa carrière en tant que romancier. Cela l’a conduit dans le milieu cinématographique en collaborant sur l’écriture de trois longs-métrages du réalisateur Danny Boyle (28 jours plus tard et Sunshine), après que celui-ci ait adapté son premier roman (La Plage) ; et sur d’autres projets (Never Let Me Go et Dredd). Il a poursuivi dans le domaine des jeux vidéo (Enslaved : Odyssey to the West et DmC : Devil May Cry). L’année 2015 fut donc un tournant pour Alex Garland, étant donné que le bonhomme s’est lancé dans la réalisation avec Ex Machina, un film qu’il a fait, produit et écrit. Une œuvre qui est plutôt restée dans les mémoires pour avoir eu de bonnes critiques mais aussi deux nominations aux Oscars pour de bonnes catégories (Meilleur scénario original et Meilleurs effets visuels – il a d’ailleurs remporté ce prix-là). Retour donc sur l’un des long-métrages les plus marquants de l’année dernière, malheureusement riche en suites et blockbusters hollywoodiens à tout-va. Mais d’abord, une grande question se pose, même si l’on a vu les bandes-annonces, affiches et autre synopsis : qu’est-ce qu’exactement Ex Machina ? Le plus vaguement possible, nous répondrons qu’il s’agit d’un film de science-fiction traitant de l’intelligence artificielle. C’est donc avec une certaine idée du projet que l’on se plonge dans son visionnage… pour se retrouver face à une œuvre qui diffère totalement de nos a priori. Certes, l’intelligence artificielle est au centre de l’histoire, mais elle n’est jamais renouvelée (sauf peut-être sur la sexualité) et ne sert finalement que de prétexte à l’insertion de multiples autres thématiques, pour le coup juste effleurées (comme le rapport dominant/dominée). À la fin, cela peut donner un scénario un chouïa incomplet qui risque d’en frustrer plus d’un. Mais là n’est pas l’ambition principale d’Ex Machina. Et pour cause, à y regarder de plus près, plutôt que d’être une nouvelle plaidoirie/critique de l’intelligence artificielle, le film d’Alex Garland n’est rien d’autre qu’un thriller psychologique de très grande tenue. Car la thématique principale d’Ex Machina est sans aucun doute les faux-semblants. En présentant plusieurs pistes question sujets d’écriture, Alex Garland tente d’intéresser le spectateur pour ce qu’il a à lui présenter pour mieux le surprendre par quelques retournements de situations. Et il réussit cela haut la main ! Il y parvient notamment en se penchant tout particulièrement à ses personnages, dont il dresse un portrait respectif au fur et à mesure que le film se déroule. Un fait qui sert grandement le récit, étant donné que cela permet de jouer avec nous le plus possible pour mieux nous étonner. Ainsi, vous vous attacherez à un personnage alors qu’il se révèle être finalement calculateur et froid. Ou encore vous vous inquiéterez pour un autre alors que finalement, il n’y a aucune raison de le faire si ce n’est être paranoïaque. Bref, Ex Machina attire grandement notre attention pour sa grande intelligence, le travail d’écriture effectué sur ses personnages et le contenu (parfois trop) riche de son intrigue. Et n’oublions pas un sublime casting, dominé par un trio de tête tout bonnement impressionnant (Domhnall Gleeson, Oscar Isaac et l’excellente Alicia Vikander) ! Mais le film ne serait rien sans son esthétisme. Pour cause, avec sa surdose de thématiques, Ex Machina aurait pu être un long-métrage tape-à-l’œil, prétentieux et présomptueux. Il n’en est heureusement rien, Alex Garland ayant préféré offrir à son œuvre une ambiance sobre mais diablement efficace et classe au possible. Et cela via l’utilisation de décors géométriques et naturels servant à merveille l’histoire et ses propos, des jeux de lumières évocateurs et très artistiques, des effets spéciaux de bonne qualité (l’allure mécanique d’Ava) au vu d’un petit budget (11 millions de dollars) et la musique du duo Geoff Barrow/Ben Salisbury. On obtient ainsi un long-métrage à l’atmosphère à la fois hypnotique et inquiétante, ainsi qu’au visuel grandement maîtrisé. Un véritable délice ! Loin d’être une œuvre qui saura réinventer la science-fiction comme on aurait pu s’y attendre dans un premier temps, Ex Machina met sur un piédestal les talents de réalisateur d’Alex Garland tout en se présentant tel un film intelligent qui saura faire réfléchir et divertir. Pas étonnant qu’il ait été remarqué en cette année 2015, durant laquelle le public n’a eu d’yeux que pour des produits hollywoodiens qui ne faisaient que s’enliser dans les suites (Fast & Furious 7, Jurassic World et consorts), les spin-offs (Les Minions) ou encore les adaptations purement commerciales (Cinquante nuances de Grey). Autant dire qu’un film comme Ex Machina, au beau milieu de cette pompe à fric des studios américains, cela fait un bien fou !
 

pimousse

Mercredi 01/07/2015
Créer l'intelligence artificielle

Ex Machina n'est pas une bonne surprise c'est le film de Science fiction qu'il ne faut pas rater. Tant sur le fond que sur la forme, le film prend le contre-pied de toutes les super productions actuelles. Epurée à l'extrême, l'image est d'une limpidité qui donne une force incroyable à cette histoire. Quelques part dans les montagnes parmi les forêts, un jeune homme expérimente durant une semaine, une mise à l'épreuve l'intelligence artificielle d'un robot mis au point par un savant génial retiré dans un centre-laboratoire. Quelle la finalité de ce test, quel est le degré d'évolution de cette intelligence artificielle? Et si tout cela n'était qu'un vaste marché de dupes où chacun se teste et se ment. Oppressant, manipulateur, le scénario est comme l'image limpide et sans accroc. De cette épure des décors, des lignes, des plans s'abreuve la réflexion du spectateur. Voilà une belle réflexion sur l'intelligence artificielle, le propos n'est jamais pollué par la volonté d'en mettre plein les mirettes aux spectateurs pour le raccrocher. Le jeu des acteurs tout en retenue n'est pas étranger à l'ambiance si particulière du film. Alicia Vikinder est troublante en robot qui s'ouvre à l'intelligence autonome. Un film qui réconcilie avec les thèmes de la Science fiction chers aux écrivains des années 1960-1970. Une perle à déguster pour la fête du cinéma sans modération.
 
JP's Box-Office (Depuis Juillet 1998)
Version 8.1.0
18 802 films référencés - 949 filmographies complètes - 1 198 membres